Quel carburant choisir entre essence et diesel ?

Sommaire

Acheter un véhicule neuf est un choix difficile, tant les critères sont nombreux. C’est un investissement financier important et mieux vaut ne pas se tromper. Un de ces critères est le choix du carburant : essence ou diesel. La réponse sera différente suivant la sensibilité et les priorités de chacun : pollution, efficacité, mesures fiscales, etc. Alors, quel carburant choisir entre essence et diesel ?

Essence ou diesel : quelle est la plus performante ?

Deux écoles s’affrontent sur ce sujet : l’essence est-elle plus performante que le diesel, ou l’inverse ? Mais que veut dire performance ? Pour poser le diagnostic de ces deux motorisations, nous définissons les termes techniques précis pour les évaluer et comprendre leur fonctionnement.

Le rendement moteur

Le rendement moteur est défini par un rapport : pour une quantité d’énergie chimique absorbée, quelle quantité d’énergie mécanique résulte t-il aux roues pour mouvoir le véhicule ? Cette notion est donc directement associée à la consommation de carburant.

Le rendement moteur essence est inférieur au rendement d’un moteur diesel (rendement de 35 % pour l’essence et 42 % pour le diesel, à comparer aux 80 à 98 % de rendement d’un moteur électrique, largement supérieur).

Bon à savoir : le rendement fluctue suivant les conditions d’utilisation du moteur, nous parlons ici du rendement maximal.

La consommation spécifique

Elle est directement liée au paragraphe précédent et permet notamment de comparer des moteurs de cylindrée totale différente : c’est la consommation de carburant en grammes, par kilowatt/heure (g/kwh). L’avantage va là encore au diesel (consommation spécifique 20 à 30 % inférieure).

À​ noter : la cylindrée totale est le volume disponible délimité par le piston en position basse (PMB) et le piston en position haute (PMH), multiplié par le nombre de cylindres moteur.

Le couple moteur et la puissance

Ces valeurs sont déterminées par les caractéristiques techniques du moteur et le mode de combustion.

Les caractéristiques techniques varient suivant la nature du moteur, essence ou diesel, et sont les suivantes :

  • Le couple moteur en newton.mètre : il est favorisé par une combustion aboutie (donc une force maximale en newton issue de la pression de combustion sur le piston), et par un déport important de la fixation de la bielle au vilebrequin ou bras de levier, dont la longueur correspond à la moitié de la course du piston (distance entre position basse du piston ou PMB et position haute ou PMH). Ces conditions optimum sont favorisées dans le moteur diesel toujours bien pourvu en couple moteur.
  • La puissance moteur : elle sera, au contraire, développée lors des rotations rapides du moteur, augmentant le nombre de combustions en un temps donné, synonymes de consommation de carburant plus importante. Ce paramètre, nécessaire lors de vitesses véhicule importantes, ou à l’occasion d’un dépassement (c’est pourquoi l’on rétrograde une vitesse pour augmenter la vitesse moteur) est principalement exploité par le moteur essence.

À​ noter : desserrer une roue en ajoutant une rallonge permet de la débloquer en augmentant le bras de levier : dans ce cas, le couple de desserrage a été augmenté en modifiant l’unité de longueur, la force appliquée par l’opérateur restant la même.

Le mode de combustion est radicalement différent entre le moteur essence et diesel, lié au type de carburant :

  • La combustion du moteur essence est de type à allumage commandé, une étincelle produite par le système d’allumage permettant la combustion. Pour cela, le mélange air-essence est compressé au maximum à 14 bars ; au-delà, une auto combustion de l’essence se produirait, ravageuse pour le moteur (cliquetis, points chauds, etc.).
  • Le moteur diesel fonctionne sur le principe d’une combustion à allumage par compression : l’air est admis dans le cylindre moteur et compressé de 25 à 35 bars : surchauffé par la pression (400 °C), il permet l’inflammation du gasoil injecté à une pression variable de 200 à 2 000 bars (moteur HDI). Ce type de combustion permet un meilleur rendement du moteur, donc une consommation et un couple moteur bien meilleurs pour le diesel.

Essence ou diesel : quelle est la moins polluante ?

Si le moteur diesel est dénigré (exagérément ?) pour ses émissions, l’essence n’est pas en reste. 

Comparons les émissions polluantes pour les deux types de moteurs :

Polluants

Moteur essence

Moteur diesel

CO : monoxyde de carbone

Moteur froid et en régimes moteur variatoires (accélération, pleine charge, etc.)

Négligeable

CO² : dioxyde de carbone ou gaz carbonique

Favorisé par une bonne combustion et la consommation de carburant

Production de 15 à 25 % inférieure à l’essence

HC : hydrocarbures imbrûlés

Lors des combustions incomplètes et enrichies (à froid, accélérations, réglages moteur inadaptés, etc.)

Favorisés par paramètres moteur défectueux et état filtre à air

Particules : suie et particules HC

Concerne les moteurs à injection directe modernes, en moindre quantité que le diesel

Production importantes : nécessité d’équipement antipollution (Filtres A Particules, etc.)

Nox : oxydes d’azote

Seulement les moteurs à injection directe dernière génération, favorisés par les combustions à haute température, nécessité d’équipement antipollution (vanne EGR, etc.)

Production favorisée par les combustions à haute température, nécessité d’équipement antipollution (vanne EGR, etc.)

Les normes européennes d’émissions ont pour but d’imposer aux constructeurs des limitations drastiques des polluants émis par les véhicules. La norme Euro VI est en place depuis le 1er septembre 2014.

La Norme EURO VI pour les véhicules particuliers en g/kmI en en g/km est la suivante :

Polluants

Essence

Diesel

CO

1

0,5

HC totaux

0,1

-

HC non méthaniques

0,07

-

Oxydes d’azote (NOx)

0,06

0,08

HC + NOx

-

0,17

particules

0,01

0,01

Lire l'article

Impact financier comparé de l’essence et du diesel

Le prix au litre

Le prix moyen constaté est 1,62 €/litre pour le gasoil et 1,68 € pour l’essence (janvier 2022), selon le site gouvernemental des prix des carburants ; la tendance depuis quelques années étant de ramener le prix du gasoil au niveau de celui de l’essence.

Notez que depuis le 7 décembre 2020 et dans toute l’Union européenne, les stations-service peuvent afficher les prix des carburants en €/100 km, en plus de l’affichage existant en €/L, afin de permettre une meilleure comparaison des prix des carburants (règlement d’exécution 2018/732). 

Bon à savoir : depuis le 12 octobre 2018, de nouveaux noms de carburants sont affichés dans les stations-service (directive 2014/94/UE du Parlement européen et du Conseil du 22 octobre 2014). L'essence est représentée par un cercle dans lequel est insérée la lettre « E » suivie du chiffre 5 pour le SP98 et le SP95, du chiffre 10 pour le SP95-E10 et 85 pour le super-éthanol. Le diesel est représenté par un carré dans lequel sont insérées la lettre « B » suivie des chiffres 7 ou 10 selon la proportion de biocarburant, ou les lettres « XTL » pour le diesel synthétique. Les carburants gazeux sont représentés par un losange dans lequel sont insérées les mentions « H2 » pour l'hydrogène, « CNG » pour le gaz naturel, « LPG » pour le gaz de pétrole liquéfié ou « LNG » pour le gaz naturel liquéfié.

Voici un exemple de prix de revient du carburant sur un an, soit pour 10 000 km :

Consommation de 6 l/100 km

Coût annuel

Véhicule essence

 

900 €

Véhicule diesel

 

780 €

Les incitations fiscales

Parmi ces mesures, existe une déductibilité de la TVA pour les entreprises (les particuliers ne sont pas concernés) : les entreprises bénéficient d’une récupération de la TVA de 100 % du gasoil ou de l'essence sur leurs véhicules utilitaires.

Bon à savoir : depuis 2018, le régime de récupération de TVA de l’essence a progressivement été aligné sur celui du gazole. Le taux de récupération est passé à 80 % en 2021 et à 100 % en 2022 (article 31 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017).

Un bonus-malus environnemental a été également mis en place. Il s’applique sur l’achat du véhicule neuf et est déterminé par les émissions CO² en g/km, évalués lors de l’homologation du modèle.

Cependant, les moteurs essence et diesel déclenchent le malus, le bonus étant attribué aux véhicules émettant de 0 à 20 g/km d’émissions CO² (+ 6 000 € : cas des véhicules électriques) et de 21 à 60 g/km (+ 1 000 € : cas des véhicules hybrides rechargeables).

Le malus se déclenche à partir de 127 g/km (- 50 €) jusqu’à - 10 000 € pour les émissions CO² supérieures ou égales à 191 g/km.

Bon à savoir : les émissions les plus basses relevées sur un modèle à moteur thermique en 2016 sont pour le diesel 79 g/km (Citroën C3 Blue HDI), et pour l’essence 84 g/km (Suzuki Celerio) (source : ADEME).

Lire l'article

Le prix de revient de la maintenance

À l'achat, à niveau égal de puissance et d'équipement, un véhicule diesel est en général 10 % plus cher qu'un véhicule essence. En revanche, un véhicule essence, à cylindrée égale, consomme de 20 à 30 % plus qu’un diesel, impactant d’autant les émissions CO² (c’est pourquoi l’offre de moteurs essence en utilitaires est quasiment inexistante).

Concernant l'entretien, les nouvelles motorisations essence et diesel ont des équipements d’injection très proches, de même que leur électronique intégrée. On retrouve donc les mêmes dysfonctionnements (gestion de la pollution et de l’électronique en général) et le même service d’entretien allongé  : vidanges espacées (de 20 à 40 000 km), remplacement de la distribution (tous les 200 000 km ou tous les 10 ans), etc.

Si le diesel occasionne toujours un léger surcoût, il est compensé par le nombre total de kilomètres effectués et la consommation moindre ; les deux motorisations sont donc à égalité sur ce point.

Bilan : quel carburant choisir entre essence ou diesel ?

Si le diesel en France a longtemps été avantageux, grâce à ses arguments techniques (sobriété, rendement, longévité, etc.) et ses avantages fiscaux (prix du carburant, déductibilité TVA, etc.), la tendance actuelle est favorable à l’essence, même si les arguments sont plus politiques que justifiés. À mesure que les énergies alternatives se développeront, ces deux motorisations à carburant fossile seront cependant appelées à se marginaliser (au-delà des années 2020).

Actuellement, le choix bascule de l’un à l’autre suivant les critères qui seront les plus avantageux à l’utilisation :

  • Les professionnels choisiront en majorité le diesel pour sa sobriété et ses aptitudes à tracter des charges.
  • Le particulier parcourant peu choisira l’essence, le gros rouleur étant gagnant avec la motorisation diesel, plus rentable pour un nombre important de kilomètres.

Ces pros peuvent vous aider