Cote voiture d'occasion

Sommaire

La cote occasion définit le prix indicatif de revente d'un véhicule non neuf en fonction de son âge, son kilométrage, ses équipements et son état général. Elle est souvent appelée cote ARGUS, nommée après le journal éponyme qui depuis 1927 publie cette cote d'évaluation.

À l'origine, la cote était surtout destinée aux professions règlementées ainsi qu'aux fonctionnaires publics, assurances et autres services nécessitant une estimation fiable et fidèle des véhicules motorisés. Nous faisons le point.

Cote d'une voiture d'occasion : problème de l'appréciation

Dans une économie de marché, la valeur d'un bien est celle qu'un acheteur veut bien payer. Et en tant que vendeur, il est difficile de pouvoir estimer le prix de son véhicule d'occasion :

  • Bien trop souvent, le vendeur sous-estime la dévalorisation du véhicule car celui-ci est dit passif. Il ne crée pas de richesse et ne fait que coûter de l'argent.
  • La somme globale entre l'achat du véhicule, les réparations et son assurance sont de fait nettement plus grands que la cote finale d'occasion.
  • Le prix de vente est dans un premier facteur des éléments présents à l'achat du véhicule : marque, modèle, date de mise en circulation, millésime, motorisation et puissance, type de carburant, type de transmission, options et accessoires, série spéciale et exclusivités, etc.
  • Additionné aux facteurs liés à l'usage du véhicule : kilométrage, état général extérieur, état intérieur (animaux, voiture fumeur…), état mécanique, régularité des réparations, usure des pneus.

La multitude de paramètres rend difficile une appréciation juste. La cote a pour mission d'établir une référence du prix d'un véhicule sur le marché de l'occasion en fonction de tous ces éléments. Le prix de vente sera impacté en outre par les phénomènes suivants :

  • la rareté du véhicule mis en vente ;
  • la rareté de certains équipements et spécificités du véhicule mis en vente ;
  • les effets de mode sur certaines transmissions ou finitions ;
  • si le véhicule est toujours sous garantie constructeur (cas récent des marques étrangères proposant 7 ans de protection).

Cote d'un véhicule : rappels d'évaluation

La cote représente une appréciation. Elle n'est ni obligatoire ni soumise à loi :

  • Si vous vendez votre véhicule au dessus de la cote estimative, il sera dans votre intérêt de pouvoir justifier le surcoût car la cote reste la référence pour l'acheteur.
  • À l'inverse, un prix plus bas que la cote peut se justifier mais pourra soulever le doute chez l'acheteur quant à un éventuel problème mécanique sur le véhicule.
  • D'une manière générale, un véhicule perd entre 15 et 30 % de son prix sur la première année. Quelle que soit la marque, l'adage vaut pour un véhicule sortant à peine de la concession. Puis le véhicule perd 50 % de sa valeur à neuf en entrant dans sa troisième année (vers la fin de la garantie constructeur). La perte continue pour atteindre environ 75 % dès la sixième année de possession.

Les marques résistant le mieux sont les marques premium dont les véhicules sont considérés plus fiables. Certains choix de technologie moteur permettent ces évaluations à la hausse sans pour autant relever le prix de vente.

Ainsi, un achat peut être conditionné par un choix technologique lié à la future mise en vente du véhicule :

  • Les véhicules rares ou véhicules d'import peuvent aussi bien être vendus plus cher que perdre de leur valeur en fonction de leur fiabilité estimée ou encore de la bonne présence des concessions et garages de réparation sur le territoire.
  • Il est véritablement impossible de dire si un diesel se revendra théoriquement mieux ainsi qu'une boite automatique du fait de sa rareté. Chaque modèle a ses spécificités et ses problèmes de fiabilité qui se révèlent au fil du temps ; sans compter sur les changements de législation qui peuvent devenir contraignants et donc faire chuter la cote. Ou encore la disparition d'une marque suite à faillite ou rachat.

Concernant le kilométrage, un véhicule perd de sa valeur s'il a effectué en moyenne plus de 15 000 km par an pour un essence et plus de 25 000 km par an pour un diesel. En dessous, les kilomètres manquants rajoutent de la valeur à la cote du véhicule.

À noter : cette évaluation est totalement subjective puisqu'un diesel ayant roulé 25 000 km en ville en une année sera nettement plus dégradé mécaniquement que le même modèle ayant parcouru 40 000 km d'autoroute sur la même période.

Les seuls cas reconnus de revente à l'équilibre concerne les véhicules achetés en tant que collaborateur de marque avec des réductions de l'ordre de 30 %, qui permettent de revendre le véhicule au même prix après une année d'utilisation.

D'une manière générale, il faut admettre l'ampleur de la décote et espérer pour le mieux en acceptant un principe simple : au jeu de l'achat et de la revente, il est impossible de faire de l'argent avec une voiture sinon avec les véhicules anciens, rares ou de collection.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider